Retour

Hébergement pour les migrants

A leur arrivée, les requérants d'asile sont principalement logés dans des centres d’hébergement collectif gérés par nos équipes. Ces dernières organisent la vie collective des centres. Elles interviennent également dans le quartier au travers de projets menés avec le voisinage, des associations et les communes.

Les personnes migrantes qui ont acquis une certaine autonomie peuvent être logées dans des appartements individuels, mais dans un contexte de crise du logement chronique à Genève, les difficultés à les loger demeurent aigües.

Pour trouver des solutions d'hébergement, l'Hospice général travaille sans relâche. Vous pouvez consulter le site Histoires de constructions qui retrace et documente les différentes étapes de plusieurs projets de construction et de rénovation destinés à l'hébergement des migrants.

Deux solutions ont également été mises en place pour résoudre le manque de logements disponibles pour les requérants d'asile et soulager les structures d’accueil existantes:

Proposer un logement 
Si vous êtes propriétaire d’un logement, d’une maison ou d’un immeuble en bon état que vous souhaitez louer à l’Hospice général pour qu’il puisse y loger des requérants d’asile vous pouvez nous contacter à l'adresse suivante: migrants@hospicegeneral.ch

Devenir famille d'accueil
Le programme Famille d'accueil mis en place avec l'aide de l’Organisation suisse d’aide aux réfugiés (OSAR) permet d'héberger des migrants chez des particuliers. Il favorise ainsi l’intégration des migrants par un contact durable et direct avec la société d'accueil. Vivre en famille d'accueil permet en effet de s'intégrer plus rapidement, facilite l'apprentissage de la langue et offre un cadre de vie propice au développement d'un réseau précieux. L'accueil d'un migrant est aussi source d'échanges enrichissants pour le groupe familial et son entourage.  En savoir plus.

Le Programme famille d’accueil propose par ailleurs un « troc de services » favorisant ainsi une cohabitation basée sur les besoins exprimés par chaque partie : si la famille d’accueil a par exemple besoin d’une aide pour entretenir son jardin, nous chercherons à lui proposer une personne migrante connaissant ce domaine et intéressée quant à elle par la pratique de la langue française. Les trocs de services peuvent être divers et variés et l’indemnité financière pour l’hébergement reste de mise pour la famille d’accueil.